Trucs, astuces et recommandations PEB

La PEB pour un concepteur, ce n’est pas si compliqué.... quand on dispose de quelques ficelles !

Règles de base

  • 1. Soyez précis : Les valeurs par défaut sont toujours défavorables.
  • 2. Apportez la preuve : Coefficient U, Facteur solaires, Puissance, Rendements,etc .... Réclamez donc toutes les informations techniques en temps utile, aux fournisseurs ou aux entreprises.
  • 3. Seule la déclaration PEB finale compte, mais ne vous laissez pas surprendre.
  • 4. Les exigences PEB sont des minima. Soyez plus audacieux : Dépassez-les allègrement. Les clients et les générations futures vous en remercient d’avance.

Valeurs U/R

  • Pour des isolants moyens, prévoyez les épaisseurs minimales suivantes [1] [2] :
    • Mur extérieur : 12 cm
    • Toit : 18 cm
    • Plancher sur sol : 6 cm
    • Mur vers local non chauffé : 11 cm
    • Plafond sous comble : 14 cm
    • Plancher sur cave : 6 cm
    • Mur enterré : 6 cm
    • Plancher sur extérieur : 11 cm
    • Parois intérieures (Communs, Mitoyens,...) : 4 cm (ou 15 cm Béton cellulaire collé 500kg/m³)
  • Avec ces épaisseurs, seul l’isolant compte vraiment, le pouvoir isolant des autres composants de la paroi est très souvent marginal.
  • Collez l’isolant ou fixez le avec des chevilles plastiques
  • Les châssis sont moins isolants que les vitrages :
    • Choisissez des profilés performants, à coupure thermique
    • Limitez également les divisions de châssis.
    • Pensez aux intercalaires du type "warm edge"

Conservez malgré tout un œil sur le comportement hygrothermique de la paroi.

Niveau K

  • Des bâtiments simples et compacts, c’est énergétiquement rentable !
  • Incorporez les locaux non chauffés intégrés (garages, caves enterrées, ...) au volume protégé.
  • Pour les bâtiments très vitrés, augmentez fortement l’isolation des autres parois à défaut d’opter pour le triple vitrage
  • Soignez les nœuds constructifs (ponts thermiques)

Niveau E

  • La bonne orientation du bâtiment est essentielle.
  • Soignez l’étanchéité à l’air du bâtiment (fenêtres, panneautage, installations,...) et prévoyez un essai de pressurisation. Peu importe le résultat, c’est l"information qui prime.
  • Placez les systèmes de production de chaleur et leurs canalisations à l’intérieur de l’enveloppe protégée. Les pertes à l’arrêt et les pertes en ligne seront réduites.
  • Séparez les production de chauffage et d’eau chaude ; les rendements seront meilleurs.
  • Pour éviter les boucles d’eau chaude, décentralisez sa production. Les boucles sanitaires produisent des pertes en lignes et consomment de l’électricité.
  • L’équilibre de réseaux de distribution se fait par réglage sur les conduites et non en multipliant les circulateurs consommateurs d’électricité.
  • Prévoyez des systèmes de chauffage à basse température, sans boiler de stockage. :
    • Planchers chauffants,
    • Chaudière à condensation.
    • Pompes à chaleur.
  • Renoncez à tout système de production d’énergie de chauffage ou de froid par voie électrique, exception faite des pompes à chaleur. La conversion en énergie primaire est pénalisante
  • Recourez aux énergies renouvelables [1]
  • Éclairage basse consommation bien étudié.
  • Pensez ventilation "système D" avec bypass estival [1] et récupérateur dans l’enveloppe protégée. L’énergie économisée amortira le surcoût.
  • Pour les systèmes C, asservissez la ventilation (humidité, présence, CO2, ...) pour limiter l’introduction d’air neuf froid.

Ventilation

  • N’oubliez pas les ouvertures de transfert, d’un espace moins pollué vers un espace plus pollué.
  • Faites faire les tests de débits en fin d’installation.
  • Définissez des zones "non fumeurs".

Surchauffe

Aujourd"hui c’est la surchauffe qui est un défi et non le niveau d’isolation.

  • Concevez des bâtiments lourds à forte capacité d’accumulation, au moins pour la structure intérieure [3]
  • Évitez les faux-planchers, lambris, les faux-plafonds continus, ... qui isolent des structures lourdes.
  • Mettez en œuvre des protections solaires, de préférence, extérieures et fixes [1]. A défaut, augmentez les parties ouvrantes des fenêtres ou recourrez à la ventilation nocturne estivale.

Ce qui n’est pas pris en compte par le PEB !

  • Les faux-plafonds de plus de 40 cm,
  • Les toitures végétales et les lestages de toiture,
  • La ventilation hygiénique par entrebaillement des fenêtres,
  • La ventilation intensive (hotte, ....)
  • Les chaudières modulantes,
  • La régulation par horloge (chauffage, ventilation, boucle ECS)
  • .... (à suivre)

... et revenez régulièrement sur cette page qui sera mise à jour en fonction de l’évolution de la règlementation !

Tout ceci n’a pas de valeur absolue (les situations sont multiples .... les règlements aussi !), mais cela va dans le bon sens et évite bien des surprises et des pertes de temps.

[1Subsides possibles

[2Rien n’empêchera d’ajuster ces épaisseurs ou de s’en contenter

[3Je sais : cela va en faire hurler plus d’un ;-)