Stratégies énergétiques dans les bâtiments

La performance énergétique des bâtiments relève d’avantage de la stratégie que des modes ou des règlements. Elle est fonction de différents facteurs d’ordre technique, immobilier, intellectuel, voire affectif. On doit y voir également une approche financière liée au coût du cycle de vie des bâtiments

Elle fait donc partie de la panoplie de critères à définir lors de la planification d’un bâtiment.

Bien qu’il n’existe aucune classification officielle ou en tout cas pas de classification unifiée, on peut néanmoins structurer les différents objectifs, de manière pragmatique et basée sur l’expérience.

Objectif réglementaire

Les réglementations locales établissent des exigences généralement minimales pour tous les bâtiments.

  • Consommation en énergie primaire : < 130 kWh/m².an (en région wallonne)
  • Label PEB : B
  • Surcoût : 0%
  • Public-cible : les promoteurs
  • Caractéristiques :
    • Isolation thermique (Sol : 4 cm - Mur : 7 cm - Toit : 12 cm)
    • Double vitrage haute performance
    • Ventilation naturelle ou mécanique à simple flux
    • Chauffage traditionnel avec régulation
      Commentaire : Le minimum légal avec à terme une moins-value
      immobilière.

Objectif « basse énergie »

La basse énergie devient un concept largement commercialisable qui présente un petit avantage concurrentiel sur le marché de la construction.

  • Consommation en énergie primaire : < 60 kWh/m².an
  • Certificat PEB : A
  • Surcoût : 5-10%
  • Public-cible : les prudents, les « classiques »
  • Caractéristiques
    • Conception compacte
    • Isolation poussée (Sol : 7 cm - Mur : 10 cm - Toit : 15 cm)
    • Double vitrage haute performance à contrôle solaire
    • Chauffage à haut rendement (condensation)
    • Ventilation à simple flux intelligente
    • Étanchéité à l’air soignée

Objectif « très basse énergie »

Avec la très basse énergie on sort (pour le moment) des standards contemporains tout en restant dans des techniques de constructions traditionnelles.

Le très basse énergie est un choix raisonnable qui s’avère payant à moyen terme.

  • Consommation en énergie primaire : < 30 kWh/m².an
  • Certificat : A+
  • Surcoût : 10-20%
  • Public-cible : les volontaires
  • Caractéristiques :
    • Isolation très poussée (Sol : 10 cm - Mur : 15 cm - Toit : 20 cm)
    • Double vitrage haute performance à contrôle solaire
    • Bonne étanchéité à l’air
    • Ventilation à double flux avec récupération de chaleur

Objectif passif

Le concept passif fait référence à un label allemand qui s’apparente à la très basse énergie avec un critère d’étanchéité à l’air particulièrement exigeant qui impose des techniques de construction spécifiques. Les protections solaires deviennent ici indispensables.

Un choix qui s’avère d’abord philosophique. Il n’y a pas lieu d’attendre un retour sur investissement à moyen terme.

De plus, les nouvelles techniques y imposent des nouveaux modes d’occupation réservés à des convaincus.

  • Consommation en énergie primaire : < 15 kWh/m².an
  • Label PEB : A+
  • Surcoût : 30-40%
  • Public-cible : les « écologistes »
  • Caractéristiques :
    • Isolation très poussée (Sol : 15 cm - Mur : 25 cm - Toit : 35 cm)
    • Triple vitrage
    • Étanchéité à l’air très poussée
    • Protections solaires
    • Ventilation à double flux avec récupération de chaleur
    • Chauffage traditionnel (la demande en chaleur devient très réduite) souvent centré sur l’air chaud

Objectif « énergie zéro » ou « énergie positive »

Le concept d’énergie zéro signifie ici que le bâtiment produit autant (ou plus) d’énergie qu’il n’en consomme. L’aspect « production d’énergie renouvelable » entre en considération.

A l’heure actuelle, ce type de bâtiment est très "prototype" et encore faut-il s’entendre sur les consommations qui entrent en considération dans la balance.
Certains prérequis sont nécessaires : surfaces de toiture élevée, disponibilité des énergies renouvelables, revente de l’énergie excédentaire,....

  • Consommation en énergie primaire : ? 0 kWh/m².an
  • Label PEB : A++
  • Surcoût : >50%
  • Public-cible : les innovateurs, les démonstrateurs
  • Caractéristiques :
    • Idem passif ou « très basse énergie », mais l’énergie nécessaire est locale et renouvelable (photovoltaïque, éolien, hydraulique)

Les caractéristiques constructives énoncées ici doivent être nuancées en
fonction de l’affectation des bâtiments. En effet, les bâtiments
résidentiels et de bureaux se différencient par leur niveau et leur densité
d’occupation.

Il en résulte une production d’énergie interne gratuite (occupants, équipements bureautiques ,... ) qui peut obliger au rafraichissement des locaux. Le contrôle solaire et la ventilation seront plus prépondérant dans le classement ci-dessus, par rapport aux besoins d’isolation thermique.
De plus si l’on intègre les consommations liées à l’éclairage, les seuils énergétiques deviennent équivalents.