Le prêt vert : Une opportunité

Un mois seulement après son lancement, le « prêt vert » rencontrait déjà un vif succès. Les crédits accordés dans le cadre de cette mesure d’aide fédérale à la réalisation de projets économiseurs d’énergie sont surtout utilisés pour le financement de panneaux solaires

Quel avantage ?

Celui qui conclut un prêt en vue de financer un investissement économiseur d’énergie bénéficie d’une réduction sur le taux d’intérêt de 1,5%. Si vous contractez un prêt avec un organisme financier à un taux de 5,5%, votre taux ne sera plus que de 4%, après la déduction. L’autorité fédérale prend ces frais à sa charge. Le prêt doit porter uniquement sur des investissements économiseurs d’énergie réalisés dans l’habitation d’un particulier. D’autre part, le capital investi par personne doit être compris entre 1.250 et 15.000 euros par an.
Il est à noter que ce prêt peut être cumulé avec les autres incitants financiers fédéraux, régionaux provinciaux et communaux, avec l’avantage dans le premier cas de pouvoir étaler les sommes sur 3 exercices fiscaux.

Pour quels travaux ?

Lors de travaux de rénovation :

  • Le remplacement d’une ancienne chaudière
  • L’entretien d’une chaudière
  • L’installation d’un chauffe-eau solaire, de panneaux photovoltaïques visant à produire de l’électricité ou d’autres dispositifs de production d’énergie géothermique
  • Le placement de double vitrage ou l’isolation du toit, des murs et des sols
  • Le placement de vannes thermostatiques ou d’un thermostat d’ambiance avec minuterie sur une installation de chauffage central
  • la réalisation d’un audit énergétique de l’habitation

A l’exception de l’audit énergétique à réaliser par un auditeur agréé, tous ces travaux doivent être exécutés par un entrepreneur enregistré.

Et n’oubliez pas que le remboursement du prêt se fera grâce aux économies d’énergie réalisées !