Ventilation : Double flux ou simple flux ?

Rappelons le principe :

  • Dans un système de ventilation mécanique à simple flux ou système C, l’air frais est introduit naturellement dans les pièces de vie, dites sèches, par des grilles réglables et l’air vicié est extrait dans les pièces d’eaux, dites ’humides" par l’intermédiaire d’un ventilateur.
  • Dans un système de ventilation mécanique à double flux ou système D, l’air frais comme l’air vicié sont déplacés par de moyens mécaniques centralisés. Les groupes de ventilation sont majoritairement équipés d’un système d’échange de chaleur entre l’air extrait et l’air entrant plus froid.
  • Les deux systèmes nécessite d’organiser le transfert de l’air des locaux secs vers les locaux humides par voie naturelle.

Le premier avantage d’un système D est de conserver l’énergie calorifique à l’intérieur du bâtiment.
Quant au système C, il est peu coûteux car il ne nécessite pas de réseau important de canalisations d’air.

Regardons plus loin :

Le système C

Dans ce système, l’air introduit dans le bâtiment est à température extérieure. Cela peut engendrer des courants d’air très inconfortables.
Les bouches d’amenée d’air extérieur sont autant de points faibles du point de vue acoustique et thermique.
Le système est consommateur d’énergie de chauffage puisqu’une quantité importante d’air chaud est remplacée par de l’air froid (et réciproquement en ce qui concerne la climatisation estivale)

Ces inconvénients peuvent être réduits par un système à la demande : L’extraction d’air n’est mise en œuvre que lorsqu’un certain niveau de pollution est atteint, ce niveau étant détecté par des sondes de présence, d’humidité ou de CO2,.....
Le prix à payer, c’est d’une part une élévation du coût due aux détecteurs et une qualité hygiénique plus faible puisque le renouvellement d’air est piloté la plupart du temps par la pollution des pièces humides.

On peut également imaginer de refroidir l’air extrait au moyen d’une pompe à chaleur. L’énergie ainsi récupérée peut servir à produire de l’eau chaude sanitaire, voire du chauffage. La qualité de hygiénique de l’ambiance comme l’économie d’énergie sont nettement plus grandes, comme le coût d’installation.

Le système D

Les inconvénients du système C ne se retrouvent pas dans le système D.

Néanmoins les reproches qui lui sont fait sont liés aux canalisation de pulsion de l’air.
Elles sont vecteurs de bruits dans les pièces où l’exigence acoustique est généralement forte et elles constituent un milieu capable de développements bactériens.
Ces arguments ne sont pas sans fondement mais principalement liés à la conception du système.
Un système D doit donc être correctement dimensionné et réalisé en prenant en considération :

  • des conduites de type lisse, accessibles et largement dimensionnées,
  • des filtres performants et régulièrement entretenus
  • des dispositifs antivibratiles et un éloignement du groupe des pièces de repos.
  • une étanchéité à l’air du bâtiment élevée

Conclusion

Système CSystème C à la demandePAC sur air extraitSystème DSystème D hydrorégulé
Coût + ++ ++++ +++ ++++
Hygiène ++++ ++ +++ +++ +++
Conservation de l’énergie + ++ ++++ +++ ++++
Bruit + + +++ ++ ++
Coûts indirects + + ++ +++ +++
Temps de retour +++ ++ +

Les 2 systèmes ne devraient pas être mis en concurrence, chacun disposant d’avantages et d’inconvénients qui peuvent être plus ou moins atténués.

Néanmoins nous pensons que le système C convient mieux pour les rénovations d’habitation alors que le système D sera préféré dans les constructions neuves aux exigences de performance plus contraignantes.